La conception d’une cigarette est plus complexe qu’il n’y paraît. Nos mélanges de tabac divergent d’une marque à l’autre et nous devons donc nous assurer que les catégories de tabac nécessaires à la fabrication de ces produits sont disponibles en permanence, afin de garantir la constance de goût de nos cigarettes sur le long terme.

Des arômes divers sont ajoutés à certains types de cigarettes (les mélanges américains en particulier) afin de donner à chaque marque sa saveur particulière. On ajoute également d’autres ingrédients destinés à contrôler le taux d’humidité, à lutter contre la dégradation microbienne et à servir de liant entre les divers composants. La nicotine n’est pas ajoutée, c’est un élément naturel présent dans la feuille de tabac.

Le filtre, le papier à cigarette et le niveau de ventilation contribuent tous à définir le goût et la teneur en fumée de la cigarette. A chaque étape de fabrication, la qualité est mesurée et contrôlée.

Les principaux éléments de la cigarette


La cigarette

Une cigarette est composée de quatre éléments:

  • Le tabac
  • Le papier à cigarette, qui entoure le tabac
  • La zone de filtration
  • Le filtre et le papier de recouvrement qui définit la zone de filtration

Le tabac, qui se présente sous la forme d’un rouleau, est composé de limbe de tabac (la partie plate de la feuille), de nervures de tabac et de tabac expansé.

Le papier à cigarette est composé de papier et d’adhésif.

Le filtre est principalement composé de fibres d’acétate de cellulose, plus connues sous le nom de filasse. L’acétate de cellulose est un dérivé de la pâte à papier. Le cylindre ainsi constitué est entouré de papier et scellé par une fine ligne d’adhésif.

Le papier de recouvrement est composé de papier et d’adhésif.

Des ajustements lors de la conception entre ces quatre éléments permettent donc d’obtenir des cigarettes aux goûts et aux teneurs différents, ces dernières étant ensuite mesurées par des machines aux normes ISO.

Que se passe-t-il quand une cigarette brûle ?

Bien comprendre comment est conçue une cigarette permet de bien comprendre ce qui se passe quand elle brûle. Le processus de combustion d’une matière organique, qu’il s’agisse de tabac ou de foin, produit inévitablement des goudrons ainsi qu’un mélange de gaz et de particules très fines, ce qu’on appelle la fumée. Le filtre de la cigarette retient certaines de ces particules.

Lorsqu’un fumeur « tire » sur sa cigarette, la fumée est canalisée par le filtre. Si on soustrait l’eau et la nicotine aux particules retenues par le filtre, il reste les goudrons.

Biodégradabilité du filtre

Les filtres sont biodégradables sur une période comprise entre un an et deux ans selon les conditions environnementales (Source ADEME-2006). En dépit de nos efforts permanents, nous ne connaissons pour le moment aucun moyen pratique d’améliorer la biodégradabilité du filtre sans en compromettre la qualité.

Le meilleur moyen de réduire les risques environnementaux potentiels est encore d’éduquer les consommateurs afin qu’ils agissent d’une manière responsable.

Dangers pour la santé

Fumer entraîne de sérieux risques de maladie, c’est pourquoi nous travaillons en permanence à la conception de produits moins nocifs pour la santé.


Page mise à jour le 22/07/2019 17:47:14 GMT