Les risques liés à la consommation de tabac ont été mis en évidence par des études épidémiologiques établissant que l'incidence de certaines maladies est plus importante dans les groupes de population composés de fumeurs.

C'est la constatation qui a, depuis longtemps, forgé l'opinion des fumeurs, des consommateurs et des autorités de santé publique sur cette question, et qui a motivé les efforts de recherche de notre Groupe. La réduction des risques étant en effet pour British American Tobacco une priorité.

Les risques de santé associés au fait de fumer sont dérivés de l'épidémiologie. L'épidémiologie est une science basée sur la statistique, qui s'intéresse aux risques pour de larges groupes de population, plutôt qu'aux risques individuels. Par le biais de questionnaires et d'observations de personnes, les études épidémiologiques sont en mesure d'identifier le taux de développement d'une maladie dans un groupe donné, par exemple les fumeurs, en comparaison de celui d'un autre groupe, par exemple les non fumeurs.

Les études

Depuis de nombreuses années, les études épidémiologiques concluent, de façon constante, à un risque beaucoup plus élevé de certaines maladies chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Les études rapportent également que ce risque diminue si on arrête de fumer, et que ce risque diminue d'autant plus que l'on s'arrête tôt.

Traditionnellement, l'épidémiologie a permis d'identifier les raisons de l'apparition des maladies étudiées, donnant ainsi des directions précises pour la recherche en laboratoire. Cela a été beaucoup plus problématique avec les maladies liées au tabac, et la science n'étant pas encore capable, à ce jour, d'identifier les mécanismes biologiques qui peuvent expliquer avec certitude les résultats statistiques entre le fait de fumer et le développement de certaines maladies. De même, la science n'est pas encore en mesure de préciser le rôle des composants particuliers de la fumée dans le processus de développement de ces maladies.

Cela signifie que la science cherche encore à définir quels sont les fumeurs qui vont développer des maladies relatives au tabac et ceux qui ne les développeront pas… Tout comme elle n’est pas encore capable d'affirmer qu'un individu est tombé malade uniquement à cause de son comportement de fumeur. Ceci s'explique en particulier par le fait que toutes les maladies souvent associées au tabac se développent également chez des individus n'ayant jamais fumé.

Si nous faisons état de ces limites scientifiques, ce n'est en aucun cas pour émettre des doutes quant aux risques de fumer. Il s'agit simplement de mettre en évidence la difficulté que ces limites représentent dans la recherche de produits à risques potentiellement réduits, dès lors qu'on ne connaît pas précisément les mécanismes biologiques qui créent le risque. Malgré tout, notre Groupe reste impliqué dans la recherche de produits à risques potentiellement réduits, quel que soit le défi que cela représente.

Encadré : Ce qu’il ne faut pas oublier à propos des risques liés au fait de fumer:

  • Fumer est la cause de maladies graves et mortelles.
  • Les risques augmentent plus on fume, plus on fume depuis longtemps, et plus on fume de cigarettes tous les jours.
  • Les risques se réduisent dès que l’on arrête de fumer, et plus on arrête tôt, plus les risques diminuent.
  • Fumer pendant la grossesse est dangereux.
  • La seule manière d’être certain d’éviter les risques liés au fait de fumer est de ne pas fumer du tout.

Page mise à jour le 01/02/2011 16:56:43 GMT