A propos du tabac

Feuille de tabac

Le tabac est une plante de la même famille botanique que les tomates, les pommes de terre, les poivrons et les aubergines.

Cultivé dans plus de 100 pays, parmi lesquels la Chine (plus grand producteur mondial), les Etats-Unis, le Brésil, l’Inde, le Zimbabwe et la Turquie, le tabac supporte bien les sols pauvres et représente donc une forme de culture particulièrement rentable pour les petits exploitants.

Variétés de tabac

Le tabac est généralement récolté à la main sur une période de deux à quatre mois.

Le tabac de Virginie tire son nom de l’Etat américain où il a été cultivé pour la première fois. On l’appelle aussi « tabac blond » en raison de sa couleur jaune-orangée obtenue après séchage. Cette variété pousse particulièrement bien dans les régions subtropicales à pluies de faible intensité comme la Géorgie (Etats-Unis), le sud du Brésil et le Zimbabwe.

Le Burley, d’un vert légèrement plus clair, prend une couleur brune après séchage et perd pratiquement tout son sucre, ce qui lui donne un goût proche de celui du tabac à cigare. Contrairement au tabac de Virginie, il a besoin d’un sol riche et de beaucoup d’engrais. Les meilleurs Burley sont cultivés aux Etats-Unis, en Amérique Centrale, au Malawi et en Ouganda.

Le tabac Oriental est la plus petite et la plus robuste des variétés. Il apprécie la chaleur estivale des Balkans, de la Turquie et du Moyen-Orient. Ces conditions climatiques, associées à une forte compacité de plantation et à un séchage au soleil, engendrent un arôme puissant.

Culture

Les graines de tabac sont minuscules (12 000 graines pèsent à peine un gramme) et doivent être spécialement traitées pendant 60 jours avant d’être plantées. Au bout d’environ deux semaines, les graines sont bordées de terre afin qu’elles puissent développer leurs racines. Deux mois plus tard, on procède à l’écimage : les fleurs et quelques feuilles supérieures sont « pincées » pour favoriser la croissance des autres feuilles.

Récolte

A l’exception de certains pays comme les Etats-Unis, la récolte du tabac est manuelle et se déroule de manière progressive, le planteur récoltant les feuilles au fur et à mesure qu'elles mûrissent.

Séchage

Séchage des feuilles de tabac à l’air

Séchage

La méthode de séchage influence directement la texture, la couleur et les caractéristiques du tabac.

Le séchage est une opération soigneusement contrôlée qui permet d’obtenir la texture, la couleur et les qualités spécifiques d’une variété de tabac.

Au cours du séchage, l’amidon contenu dans la feuille est transformé en sucre, donnant ainsi au tabac une teinte brune caractéristique.

Il existe quatre méthodes de séchage:

Séchage à l’air : cette méthode, utilisée notamment pour le Burley, consiste à suspendre les feuilles de tabac dans des hangars ventilés non chauffés et à les laisser sécher naturellement jusqu’à ce qu’elles prennent une couleur brune. A ce stade, il n’y a pratiquement plus de sucre dans la feuille.

Séchage au four : la chaleur est introduite dans le hangar par des conduits reliés à une chaudière extérieure. Ce chauffage contrôlé permet d’obtenir des feuilles d’une couleur jaune-orange. Ces feuilles contiennent alors un fort taux de sucre. Le tabac de Virginie est séché selon cette méthode.

Séchage au soleil : les feuilles sont étendues sur des claies et exposées au soleil pendant 12 à 30 jours. Sous la chaleur directe du soleil, les feuilles prennent une couleur jaune ou orange et gardent un fort taux de sucre. Le tabac oriental est généralement séché selon cette méthode.

Séchage au feu : on brûle du petit bois sous les feuilles de tabac, qui sèchent en s’imprégnant d’un arôme «fumé».

Une fois le séchage terminé, le fermier trie les feuilles en fonction de leur couleur et de leur qualité, les conditionne en balles de 30 à 50 kg et les transporte jusqu’au centre de vente le plus proche.

Traitement des feuilles

Les feuilles séchées sont traitées dans une usine de battage, où chaque feuille est séparée de sa tige et soumise à une série de tests afin d’éliminer toute trace de poussière, de sable et de corps étrangers. Le tabac est ensuite humidifié pour conservation et conditionné en cartons de 200 kg qui sont expédiés vers les sites de fabrication.


Page mise à jour le 30/05/2013 12:09:46 GMT